partager cette page via
Twitter Google+ Facebook Pinterest e-mail

haut de page bas de page

Généralités » Bandonéon

Histoire

Le bandonéon est apparu en Allemagne autour de 1835 sous le nom Konzertina. C'est à partir du début du XXe siècle que l'instrument est devenu performant.

Par le fait de l'immigration allemande vers l'Amérique du Sud, le bandonéon a rapidement été adopté par plusieurs pays de ce continent dont l'Uruguay et surtout l'Argentine.

Les marques les plus recherchées sont souvent allemandes : Germania, A.A. (Alfred Arnold), E.L.A. (Ernst Louis Arnold), Premier Ministre... La fabrication des modèles Arnold s'est arrêtée vers 1955. En dehors de ce pays, Fratelli Crosio (Italie) s'est illustré dans la fabrication de bandonéons, ces modèles étant assez répandus en France. Récemment, Pigini (Italie) a également relancé un modèle en fabrication.

Il est utilisé essentiellement pour la musique folklorique d'Amérique du Sud, notamment le tango. On le rencontre aussi parfois en jazz.

bandonéon en position de jeu

bandonéon en position de jeu

Conception

Le bandonéon existe sous deux formes.

On rencontre souvent l'appellation diatonique pour désigner en fait le modèle bi-sonore. Notez que, comme pour l'accordéon diatonique bi-sonore, cette appellation est inappropriée car dans les deux cas l'instrument a une étendue chromatique, avec 12 notes pour une octave.

Un bandonéon dispose de deux voix séparées d'une octave et accordées à l'unisson (sans vibrato).

Le soufflet très maniable lui confère une très grande expressivité. Associé à la musique montée sur plaque (voir Sonorité ci-après), il permet d'obtenir une étonnante subtilité sur les nuances.

L'étendue courante pour un modèle uni-sonore comporte 40 boutons à la main droite et 33 à la main gauche, ce qui donne un jeu chromatique sur près de 5 octaves pour les deux mains.

Au début du XXe siècle, l'usage du zinc était répandu en Allemagne, l'aluminium (sous brevet américain) ne pouvant être utilisé en Europe. Les joueurs professionnels de bandonéon ont souvent une préférence pour la musique en zinc ; ce métal plus lourd que les alliages d'aluminium donne une meilleure assise à l'instrument et surtout une sonorité plus « présente ». Il n'en demeure pas moins qu'il existe bien entendu de bons ou très bons modèles montés avec une musique à base d'aluminium (duralumin).

Sonorité

Le timbre typique du bandonéon est dû à plusieurs éléments.

Montage de la musique

Les lames sont rivetées sur une plaque en aluminium, dural ou zinc. Ce type de montage assure une meilleure propagation du son.

voir aussi : la musique sur plaque (article qualités de musique)

plaques musique main gauche et droite
plaques musique main gauche (en bas) et droite

intérieur d'un sommier man gauche
intérieur d'un sommier main gauche

Les séparations en bois du sommier sur lequel est fixée la plaque musique sont très minces, ce qui donne également une couleur sonore spécifique.

Mécanique

Elle est constituée de soupapes en bois qui n'ont pas de feutre mais simplement une peau collée.

De plus, les boutons sont rentrants (sans tête, contrairement aux boutons « champignon »). Ils s'enfoncent plus profondément dans le clavier.

Ces deux facteurs augmentent la levée des soupapes et donc l'entrée d'air, ce qui améliore notablement la puissance.

mécanique main droite

mécanique main droite

Table d'harmonie

Elle est fine et en bois, matériau qui transmet au mieux les vibrations.

Soufflet

Le soufflet est au bandonéon (ou à l'accordéon) ce que l'archet est au violon. Ici, sa souplesse et sa très grande longueur (qui peut atteindre près de 1 m) contribue grandement à la capacité expressive du bandonéon.

Choisir un modèle

La plupart des bandonéons sont anciens.

Avant de choisir un modèle, il sera nécessaire d'examiner minutieusement son état : musique (état des lames, peaux, oxydation éventuelle à différents stades), mécanique, soufflet, aspect extérieur.

De nos jours il est presque impossible de trouver un bandonéon ancien dans un bon état d'origine. Il faudra donc tenir compte de l'importance des travaux de restauration dont le cout peut s'avérer très important.

De plus, dans le cas de lames cassées ou trop fatiguées, il faudra les remplacer, ce qui dénaturera inévitablement le timbre de l'instrument.